Le proximètre, ce boîtier utilisé par le CERN pour lutter contre la Covid-19

Le CERN a rendu obligatoire le port du proximètre pour tous ses salariés travaillant sur site. Ce boîtier vibre dès que deux collaborateurs ne respectent pas les règles de distanciation physique en vigueur depuis le début de la pandémie.

Le CERN a mis au point des boîtiers permettant de respecter la distanciation physique.
Le CERN a mis au point des boîtiers permettant de respecter la distanciation physique. © olrat/stoack adobe.com

Imaginez : vous discutez depuis 30 secondes avec un collègue lorsque le boîtier que vous portez à la ceinture se met à vibrer. C’est pour vous avertir que vous vous trouvez à moins de 2 mètres de votre interlocuteur et que vous ne respectez donc pas les règles de distanciation physique destinées à vous prémunir contre la Covid-19.

Garantir le respect des gestes-barrières

Ce boîtier porte le nom de proximètre et a été conçu par le CERN (l’Organisation européenne pour la recherche nucléaire) pour limiter les risques de contamination au sein de ses locaux. Depuis début mars, son port a été rendu obligatoire sur tous les sites du centre de recherche.

Cet outil a été mis au point pour permettre à davantage de salariés de revenir travailler sur site. Un essai pilote, réalisé en décembre 2020 avec 950 appareils, a confirmé l’efficacité des proximètres, qui ont signalé le non-respect de la règle des deux mètres avec une exactitude de 90 %.

Covid-19 : tout savoir sur le vaccin désormais disponible en entreprise

Tracer les cas contact

Hors pandémie, 11 000 collaborateurs se côtoient dans les laboratoires du CERN. « Peut-être que certains en auront marre du port du masque, donc le fait d’avoir ça pourra nous permettre d’identifier à nouveau des situations à risque », explique le chef de l’unité santé et sécurité au travail, Christophe Delemare, à RFI.

S’il permet de garantir le respect des gestes-barrières, ce systèmes permet aussi de tracer les cas contacts dans le centre de recherche sans géolocaliser les porteurs du boîtier. Les données enregistrées par les proximètres sont directement transmises au service médical du Cern, qui doit gérer une dizaine de cas positifs par semaine. Depuis le début de leur utilisation, ses appareils ont permis d’avertir plusieurs collaborateurs qu’ils étaient cas contacts.

Retour au bureau post-Covid : à quoi aspirent les salariés ?

Par Maïté Hellio

Reporter tout terrain et pianiste, aime quand les mots et les notes sonnent juste !

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

L'actu RH

dans votre boite mail

Recevez l’essentiel de l’actualité RH

En cliquant sur « S'inscrireOk », vous acceptez les CGU et la politique de traitement de vos données personnelles.