Futur du travail : six mois aux côtés des utilisateurs de Microsoft Teams

Six mois de pandémie aux côtés de utilisateurs Teams à travers le monde : le retour d’expérience de Microsoft.

Que nous apprend Microsoft de ses observations des usages de Teams ? © Monticellllo - stock.adobe.com

Jared Spataro, vice-président de Microsoft, l’affirme sans détour : ces six derniers mois ont définitivement changé le monde du travail. Et Microsoft garde un œil plus qu’attentif à ce nouveau monde pour imaginer ses produits et solutions de demain. Une des priorités de la firme américaine ? Accompagner ses clients dans ce changement, et notamment les managers qui s’inquiètent désormais plus de bien-être au travail que de productivité (disons au moins pour certains d’entre eux).

Pendant ces six mois de profonde transformation, Microsoft a observé à la loupe les données des utilisateurs de Teams et leurs conversations et parallèlement, les a questionnés sur leur ressenti. Qu’apprend-on de ces observations ?

Des salariés plus sensibles au burn-out

30% des salariés interrogés par Microsoft ont déclaré que la pandémie avait augmenté leur sensation de burn out. Avec des différences notables selon les pays. Cette augmentation du sentiment de burn out a concerné 44% des Brésiliens, 31% des Américains et seulement 10% des Allemands. Les causes de ce ressenti de dépassement et de fatigue sont multiples, mais les équipes de Microsoft en ont exploré une en particulier : l’augmentation du temps de travail quotidien. Les Brésiliens ont ainsi vu leur temps de travail augmenter de 21% (soit plus d’une heure) tandis qu’en Allemagne, l’augmentation était de 16% et en Australie de 45%, soit près de 2h.

Bien-être au travail : et maintenant, on fait quoi ?

Sur le terrain ou en remote, des causes de stress différentes

Microsoft a demandé aux utilisateurs de classer 12 causes de stress au travail selon leur impact. Les salariés sur le terrain ont placé à la première position la peur de contracter le Covid-19, ce qui est cohérent avec un autre résultat de l’enquête : 30% des travailleurs disaient ne pas avoir bénéficié des équipements ou technologies qui leur auraient permis de respecter la distanciation physique. Du côté des télétravailleurs, la peur d’être contaminé par le Covid-19 était naturellement bien moins prégnante, remplacée par le fait de voir se distendre la frontière entre leur vie pro et leur vie privée et de se sentir déconnecté de leurs collègues et collaborateurs.

Six mois pour adopter de nouvelles habitudes

En six mois, les échanges via messagerie ont augmenté de 48%, tandis que le nombre de réunions et d’appels a augmenté de 55%, les salariés adoptant de nouvelles façons de communiquer. La frontière entre vie pro et vie privée est également devenue poreuse : les échanges via messagerie se sont poursuivis une fois la journée de travail officiellement terminée. La part des utilisateurs de Teams qui envoient des messages entre 17h et minuit a plus que doublé en six mois !

Charge mentale au travail : comment s’organiser pour s’en débarrasser

Supprimer le trajet travail-maison n’est pas sans conséquences

Car ce trajet souvent détesté a une vertu non négligeable : il nous aide à marquer la séparation entre vie pro et vie perso et le respect – ou non respect de cette frontière – impacte le bien-être au travail et la productivité. C’est ce constat qui a conduit Microsoft a créer un trajet virtuel sur Teams, pour permettre aux collaborateurs de partager leur ressenti sur la journée, mettre à jour leur to do ou même pratiquer la méditation.

Par Stéphanie Davalo

Lead Content Manager chez HelloWork depuis 2018

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

L'actu RH

dans votre boite mail

Recevez l’essentiel de l’actualité RH

En cliquant sur « S'inscrireOk », vous acceptez les CGU et la politique de traitement de vos données personnelles.