Bien-être au travail : et maintenant, on fait quoi ?

Dans le contexte actuel, aucun service RH ne peut mettre de côté les problématiques liées au bien-être au travail. Mais par où commencer ? Comment agir concrètement ?

bien-être au travail
"Le contexte actuel est clairement, en plus d’un casse-tête logistique et un momentum business, un réel défi lancé aux entreprises en terme de bien-être et d’engagement des collaborateurs" © New Africa - stock.adobe.com

Télétravail à mettre en place, port du masque au bureau, envies d’ailleurs, difficultés de management… le quotidien des RH est bien loin d’un long fleuve tranquille en cette fin d’année 2020. Pour lever un peu la tête du guidon, une interview de Julie Chane Ching, co-fondatrice de Bloom at Work.

Est-ce que les problématiques autour du bien-être au travail sont spécifiquement françaises ?

Les problématiques de bien-être au travail sont universelles : c’est un besoin naturel et humain que de souhaiter s’épanouir dans la vie, et donc dans son travail, auquel on consacre 8 heures par jour. C’est notamment pour cela que la solution proposée par Bloom at Work mesure et améliore les dix piliers de la pyramide du bien-être au travail selon une méthodologie propre.

Faire un état des lieux permet de mettre en lumière et de travailler avec nos entreprises clientes sur de réelles différences culturelles : en France en particulier, la culture du feedback n’est pas encore aussi développée que dans les pays anglo-saxons par exemple. On notait également jusqu’à il y quelques mois la persistance du présentéisme, ou d’un mode de management très pyramidal et donnant une grande importance à la hiérarchie. Ces deux derniers points ont connu de réels bouleversements avec le confinement et la généralisation du travail, et dans le bon sens !

Le contexte actuel est-il un obstacle à la progression des entreprises sur le sujet du bien-être en entreprise au sens large ?

Le contexte actuel est clairement, en plus d’un casse-tête logistique et un momentum business, un réel défi lancé aux entreprises en terme de bien-être et d’engagement des collaborateurs. La fameuse reprise de ce mois de septembre 2020 n’aura pas lieu sans l’engagement de tous les collaborateurs de l’entreprise.

Le télétravail à lui seul pose de nombreuses questions : comment suivre la motivation d’un collaborateur qu’on ne voit jamais ? Comment faire vivre la culture d’entreprise sans interactions sociales au bureau ? Comment suivre la performance tout en basant la relation de travail sur un contrat de confiance ? On le comprend, les entreprises qui pratiquent le télétravail, total ou partiel, n’ont pas d’autre choix que de travailler sur les notions d’autonomie, de confiance et de collaboration entre pairs pour réussir leur sortie de crise. De notre côté et face à un vrai besoin exprimé par nos clients, nous lançons en ce mois de septembre une offre Bloom at Home spécialement dédiée à l’accompagnement sur ces problématiques.

C’est le moment de penser à votre future charte du télétravail !

Pour les employés sur site, d’autres questions tout aussi cruciales se posent : comment concilier port du masque, protocoles sanitaires et gestes barrières avec le besoin d’échanges informels, de partage en équipe et de moments de convivialité ? Là encore les réponses seront à inventer sur le terrain, et le rôle des directions générale est d’écouter, de faire confiance et de faciliter.

Le contexte actuel est une opportunité pour les entreprises de prouver concrètement qu’elles placent leurs collaborateurs et leur santé au coeur de leurs préoccupations. La symétrie des attentions prend tout son sens car problématiques business et RH doivent être menées de front. Le défi est de taille, mais les organisations qui sauront le relever ressortiront d’autant plus renforcées de cette crise, portées par des collaborateurs fidèles, engagés et fier d’y contribuer.

La symétrie des attentions dans le recrutement, nouvelle tendance de fond des RH ?

Quelle place va prendre le sujet pour les candidats ?

Les sujets de bien-être au travail sont en tête des préoccupations des jeunes diplômés (et même avant le salaire chez les millenials ! – etude IPSOS BCG 2016) : cela n’est donc pas nouveau. La crise du Covid-19 ne pourra que renforcer cette tendance, et parmi les piliers du bien-être au travail qui seront d’autant plus plébiscités par les candidats, on retrouve en tête les problématiques de sens au travail et de fierté d’appartenance.

Toutes les entreprises n’avancent pas au même rythme : c’est plus facile pour les grands groupes que pour les PME ?

On pourrait penser que les grandes entreprises, disposant de plus de moyens, sont plus à mêmes de déployer rapidement de grands dispositifs de mesure et d’amélioration du bien-être au travail. Certaines le font d’ailleurs très bien !

Cependant, bien avant le budget ou les ressources, les véritables facteurs clés de succès d’une action de bien-être au travail pertinente et efficace sont la sincérité, la réactivité, et l’adaptabilité des RH et du top-management : des atouts dont disposent souvent les PME. Le bien-être au travail passe aussi par de petites actions, qui parfois ne coûtent rien ou presque. L’essentiel est qu’elles soient prises au bon moment, et au bon endroit de l’organisation.

Quels conseils donneriez-vous aux entreprises qui ont du mal à se dire que le bien-être au travail est une priorité à court terme, mais ne veulent pourtant pas laisser le sujet de côté ?

1 – communiquer régulièrement

Partager les objectifs et les avancées, et surtout d’assumer les incertitudes. Ce mode de communication transparent et régulier permet de responsabiliser chacun et de créer les conditions d’un dialogue constructif dans l’organisation.

2 – demander leur avis, leurs idées aux premiers concernés : les collaborateurs

Ils sont sur le terrain et ont certainement les meilleures idées pour améliorer leur bien-être. Une question que nous aimons poser dans nos sondages d’engagement : “Une idée simple et peu coûteuse que vous proposeriez pour améliorer votre quotidien ?” Les idées sont souvent surprenantes et leur mise en oeuvre concrète un vrai boost pour la motivation des salariés qui se sentent pris en compte et valorisés.

3 – prendre en compte la culture de votre entreprise, et de chaque équipe !

Une solution vue dans une autre organisation ne fonctionnera peut-être pas pour vous. Une fois encore, comme pour tous les sujets humains et relationnels, la sincérité et l’authenticité sont clés et doivent être au cœur des initiatives !

Par Stéphanie Davalo

Lead Content Manager chez HelloWork depuis 2018

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

L'actu RH

dans votre boite mail

Recevez l’essentiel de l’actualité RH

En cliquant sur « S'inscrireOk », vous acceptez les CGU et la politique de traitement de vos données personnelles.