Google : 227 salariés lancent le syndicat Alphabet Workers Union

Ce nouveau syndicat vise à protéger les salariés d’Alphabet, en s’attaquant notamment aux disparités salariales, aux discriminations et au harcèlement.

syndicat Google
Les salariés d'Alphabet s'étaient déjà mobilisés avec succès par le passé, notamment contre le projet Maven et le projet Dragonfly © MichaelVi - stock.adobe.com

Organisations syndicales et Silicon Valley, le duo paraitrait presque contre nature et pourtant les choses changent en Californie. On aurait donc besoin de syndicats au royaume du babyfoot ? Alphabet Workers Union est en tous cas en ordre de marche et visiblement bien décidé à faire bouger les lignes.

Alphabet Workers Union, le nouveau syndicat des salariés Google

Dans une tribune au New-York Times, Parul Koul and Chewy Shaw (élus président et vice-président) ont expliqué les raisons qui les ont poussés à concrétiser ce projet de syndicat, né des manifestations du premier novembre 2018 : cette année-là, 20 000 employés de Google et des autres entreprises du groupe Alphabet ont manifesté leur ras-le-bol à travers le monde. À l’origine de ces protestations, une affaire de harcèlement : deux salariés d’Alphabet accusés de harcèlement avaient quitté le groupe une semaine plus tôt, le portefeuille garni de millions de dollars et sans un mot de la part d’Alphabet.

Télétravail : Google va tester un modèle hybride distanciel/présentiel

500 salariés syndiqués, sur un total de 132 000

Les salariés d’Alphabet s’étaient déjà mobilisés avec succès par le passé, notamment contre le projet Maven et le projet Dragonfly. Mais, selon Parul Koul et Chewy Saw, les problèmes de discrimination et de harcèlement sont toujours présents au sein d’Alphabet et les actions menées par la maison-mère de Google insuffisantes. D’où ce syndicat fraîchement lancé, dont l’objectif est de faire du groupe une « entreprise où les travailleurs ont leur mot à dire quand il s’agit de prendre des décisions qui les concernent et qui concernent la société dans laquelle ils vivent. » En d’autres mots, les salariés syndiqués ambitionnent de faire vivre le mot d’ordre de Google à son lancement officiel : « Don’t be evil  » .

Lors de l’annonce officielle de début de semaine, 227 salariés avaient déjà rejoint l’Alphabet Workers Union et ils sont actuellement plus de 500, sur les 132 000 salariés que compte Alphabet.

Par Stéphanie Davalo

Lead Content Manager chez HelloWork depuis 2018

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

L'actu RH

dans votre boite mail

Recevez l’essentiel de l’actualité RH

En cliquant sur « S'inscrireOk », vous acceptez les CGU et la politique de traitement de vos données personnelles.