Sortie de crise : le plan de Bercy pour accompagner les entreprises en difficulté

Le ministère de l’Economie a dévoilé, mardi 1er juin, son plan pour soutenir les entreprises éprouvées par la crise sanitaire.

Comment l'Etat compte-t-il aider les entreprises à se relever de la crise sanitaire ?
Comment l'Etat compte-t-il aider les entreprises à se relever de la crise sanitaire ? © Nuthawut/stock adobe.com

« Détecter, orienter, accompagner. » Tels sont les piliers du plan d’aide aux entreprises présenté par le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, et celui de la Justice, Eric Dupond-Moretti, mardi 1er juin.

Cette batterie de mesures vise à offrir un accompagnement à la carte aux entreprises confrontées à des difficultés de trésorerie ou de remboursement de leurs dettes. Et ce, dans un contexte où 5 à 8% des entreprises françaises pourraient faire face à des problèmes de dettes, particulièrement dans les secteurs de l’hôtellerie, de la restauration, de l’industrie manufacturière et du commerce, d’après les chiffres de la Banque de France.

« Aujourd’hui, nous sortons progressivement du “quoi qu’il en coûte”, mais certaines entreprises viables continuent d’avoir besoin du soutien de l’Etat pour dépasser cette période compliquée et rebondir plus fort, a expliqué Bruno Le Maire. Avec ces nouveaux dispositifs, plus simples et plus lisibles, nous offrons aux entreprises une palette de solutions adaptées à leurs besoins pour leur permettre de renaître de cette crise. »

Emploi des jeunes : les aides à l’embauche prolongées après janvier

Un conseil national de sortie de crise

Pour mettre au point ces solutions, l’exécutif s’appuie sur un panel d’experts (représentants de l’Etat, experts-comptables, commissaires, aux comptes, banques, fédérations d’entreprise…) rassemblés au sein d’un conseil national de sortie de crise.

Gérard Pfauwadel, ancien secrétaire général du Club de Paris et du comité interministériel de restructuration industrielle, a été nommé à la tête de cette instance dont l’objectif est de prévenir les procédures judiciaires de sauvegarde ou de redressement.

Les services fiscaux, les réseaux d’experts-comptables ou de commissaires aux comptes devraient notamment permettre, dans un premier temps, d’identifier les entreprises fragiles.

Une ligne téléphonique pour orienter les chefs d’entreprise

Pour conseiller ces dernières, un numéro d’appel unique (0806 000 245) va être mis en place pour orienter les chefs d’entreprise vers le(s) bon(s) dispositif(s).

Des conseillers départementaux à la sortie de crise seront également désignés comme interlocuteurs privilégiés des entreprises sur le terrain. Leur mission : proposer aux acteurs économiques la solution la plus adaptée en mobilisant des outils tels que les aménagements de dettes ou les prêts directs de l’Etat.

Crise du coronavirus : 22 % des entreprises envisagent de licencier des salariés

Prolongation des prêts garantis de l’Etat jusqu’à fin 2021

Le gouvernement a également annoncé la prolongation des prêts garantis de l’Etat jusqu’au 31 décembre 2021, ainsi que des prêts exceptionnels pour les petites sociétés de moins de 50 salariés, des avances remboursables et des prêts bonifiés pour les PME et les entreprises de taille intermédiaire.

Création d’un fonds de transition pour les ETI et les grandes entreprises

Enfin, pour accompagner les entreprises de taille « significative », le gouvernement a annoncé la création d’un fonds de transition, doté de 3 milliards d’euros. Directement géré par le ministère de l’Economie, ce fonds permettra de proposer, au cas par cas, des prêts aux entreprises, le temps qu’elles trouvent de nouveaux financements.

Par Maïté Hellio

Reporter tout terrain et pianiste, aime quand les mots et les notes sonnent juste !

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

L'actu RH

dans votre boite mail

Recevez l’essentiel de l’actualité RH

En cliquant sur « S'inscrireOk », vous acceptez les CGU et la politique de traitement de vos données personnelles.