Sexisme au travail : une réalité pour plus de 8 femmes sur 10

Selon le baromètre du collectif #StOpE, une majorité de femmes ont été confrontées à des remarques sexistes sur leur lieu de travail.

Plus de 8 femmes sur 10 ont déjà vécu une situation de sexisme au travail.
Plus de 8 femmes sur 10 ont déjà vécu une situation de sexisme au travail. © Prostock-studio/stock adobe.com

Blagues lourdingues, remise en cause de la capacité d’une femme à manager une équipe, plafond de verre : autant de manifestations du sexisme encore prégnant au travail. Plus de 8 femmes sur 10 déclarent avoir été un jour confrontées à une situation de sexisme dans le cadre de leur activité professionnelle. Une majorité accablante mise en lumière par une étude à l’initiative du collectif #StOpE, qui regroupe 114 organisations souhaitant « dire ‘’stop’’ au sexisme ordinaire en entreprise ».

L’objectif de ce baromètre, publié lundi 22 mars, est de mesurer la perception qu’ont les salariés de la prégnance d’un sexisme dit ordinaire, qui se traduit le plus souvent par des propos involontaires ou insidieux.

La consultation a été menée auprès de 64 690 salariés de 17 entreprises membres du collectif ainsi qu’auprès d’un panel représentatif de 1 000 collaborateurs d’entreprises publiques et privées (hors fonction publique) de 200 salariés et plus.

Egalité professionnelle hommes-femmes : des résultats plutôt encourageants en 2021

Que nous apprend ce sondage ? 

1.     Le sexisme envers les femmes au travail est encore massif

82% des salariées estiment que « les femmes sont régulièrement confrontées à des attitudes ou des décisions sexistes dans le monde du travail ». Un sentiment partagé par 60% de leurs collègues hommes.

Ces situations peuvent engendrer de la souffrance pour les personnes qui en sont victimes (baisse de la confiance en soi, déstabilisation…) et sont préjudiciables pour l’ensemble de l’entreprise.

2.    Les visages de ces comportements sexistes sont très divers

La réalité du sexisme en entreprise envers les femmes est polymorphe :

  • Blagues sexistes : 8 collaboratrices sur 10 affirment en avoir déjà entendu, de même que trois quarts des hommes.
  • Traitement différent en comparaison de leurs homologues masculins : 44% des salariées en ont déjà été victimes
  • Remise en cause des capacités d’une femme à être à la tête d’une équipe : 44% des collaboratrices ont déjà entendu des propos disqualifiants à l’égard de l’aptitude managériale d’une femme et 43% pour ce qui est de diriger un service ou une entreprise.
  • Préjugés liés à la maternité ou au temps partiel : les trois quarts des femmes interrogées ont déjà entendu des propos déplacés à ces sujets.
  • Freins dans l’évolution professionnelle : 52% des salariées jugent avoir été limitées dans l’évolution de leur carrière du fait de leur sexe.
Vers des quotas de femmes dans les instances dirigeantes des entreprises

3.    Les hommes sont eux aussi victimes de propos sexistes

Même s’il est moins marqué que celui qui vise la gent féminine, le sexisme touche également les hommes. Il prend la forme de stéréotypes liés à la masculinité (4 hommes sur 10 ont déjà entendu des propos remettant en question leurs compétences en les comparant à des clichés masculins) ou de propos stigmatisants sur la paternité (3 hommes sur 10 ont déjà entendu des phrases disqualifiantes liées à leur décision de prendre un temps partiel ou un congé paternité).

Quelles actions mener pour lutter efficacement contre le sexisme au travail ?

Le 11 mars dernier, lors de la restitution des résultats de ce baromètre, les 114 organisations de #StOpE ont prévu de constituer des groupes de travail pour apporter au collectif des leviers d’actions spécifiques répondant à chaque problématique identifiée. Deux pistes ont d’ores et déjà émergé.

1.    La formation des salariés et des managers

Selon les salariés interrogés lors de l’enquête, l’outil le plus adapté pour lutter contre les manifestations sexistes est la formation des managers et des salariés. Plus de 50% du panel est favorable à cette initiative.

2.    La condamnation claire par les dirigeants d’entreprise de ce type de pratique

La deuxième solution, approuvée par 45% des femmes et 38% des hommes questionnés, serait une prise de parole des dirigeants d’entreprise condamnant clairement devant leurs équipes les remarques sexistes.

 

Par Maïté Hellio

Reporter tout terrain et pianiste, aime quand les mots et les notes sonnent juste !

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

L'actu RH

dans votre boite mail

Recevez l’essentiel de l’actualité RH

En cliquant sur « S'inscrireOk », vous acceptez les CGU et la politique de traitement de vos données personnelles.