Covid-19 : le gouvernement demande aux entreprises 10 semaines de stocks de masques en cas de 2ème vague

Le gouvernement va demander aux entreprises de prévoir dix semaines de stock de masques pour leurs salariés afin de se prémunir face au risque d’une deuxième vague de l’épidémie de Covid-19.

L'Etat doit avoir des stocks stratégiques en cas de crise sanitaire. Pour le ministère de l'Economie il doit en être de même pour les entreprises. (credit photo : Blue Planet Studio/adobestock)

L’hypothèse d’une deuxième vague semble de plus en plus probable. Sans doute dès cet automne. Si un reconfinement ne semble pas du tout envisagé et envisageable, le respect des gestes barrière pourrait s’intensifier.

C’est pourquoi le gouvernement va demander aux entreprises de prévoir dix semaines de stocks de masques pour leurs salariés afin de se prémunir contre une deuxième vague de Covid-19. C’est en tous cas ce qu’a affirmé Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d’Etat à l’Economie. « Nous préparons la rentrée et il y a un risque de re-circulation du virus (…), et nous demanderons aux entreprises de prévoir 10 semaines de stocks de masques, avec un petit rappel du fait que nous avons désormais des producteurs français », a-t-elle déclaré.

Des stocks stratégiques

L’Etat doit avoir des stocks stratégiques en cas de crise sanitaire. Pour le ministère de l’Economie il doit en être de même pour les entreprises. On ne sait absolument pas combien de temps nous devrons continuer à porter des masques.

Privilégier le made in France

Le ministère de l’Economie demande aux entreprises de privilégier autant que possible la fabrication française. En effet, elles sont nombreuses à avoir reconverti leur production pour fournir des masques au plus fort de la crise et ont du mal à écouler leurs stocks désormais : « Si cette production ne s’était pas mise en place, beaucoup d’entreprises auraient déposé le bilan. Cette production a sauvé des milliers d’emplois et des centaines d’entreprises », selon la secrétaire d’Etat à l’Economie. Et d’ajouter que « des entreprises se retrouvent avec des stocks colossaux de masques à usage unique fabriqués sans avoir de contrat. On est en train de travailler pour aider, mais je dirais qu’il est quand même d’usage de fabriquer en ayant des commandes ». Pointant par ailleurs la « responsabilité » de collectivités locales, « dont certaines ont annulé des commandes », mettant les producteurs de masques en difficulté.

Par Adélaïde Haslé

Membre de la team édito envolé vers de nouvelles aventures !

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

L'actu RH

dans votre boite mail

Recevez l’essentiel de l’actualité RH

En cliquant sur « S'inscrireOk », vous acceptez les CGU et la politique de traitement de vos données personnelles.