Cantine, pots au bureau, télétravail… ce que prévoit le nouveau protocole sanitaire en entreprise

Un nouveau protocole sanitaire en entreprise s’applique à partir de ce lundi 29 novembre. On fait le tour des nouvelles dispositions.

Le nouveau protocole sanitaire renforce les règles de distanciation en entreprise.
Le nouveau protocole sanitaire renforce les règles de distanciation en entreprise. © Halfpoint/stock adobe.com

Légères évolutions pour le protocole sanitaire en entreprise qui entre en vigueur à partir de ce lundi 29 novembre. Pour contenir l’augmentation du nombre de contaminations à la Covid-19, la ministre du Travail, Elisabeth Borne, a appelé vendredi, au micro de France Info à « réappliquer avec vigueur toutes les règles sanitaires », après avoir pointé du doigt un certain relâchement concernant les gestes barrières dans les entreprises.

Cantine d’entreprise : retour des deux mètres de distance

Premier changement : un plus grand espacement entre les salariés fréquentant le restaurant d’entreprise : « en l’absence de pass sanitaire dans ces lieux, et dans le contexte de reprise de l’épidémie, nous envisageons d’en revenir à une règle de deux mètres entre chaque personne à table, dès lors que le masque n’est pas porté », précise le texte.

Il sera également déconseillé de se placer face-à-face pour se restaurer.

Pass sanitaire : tous les employeurs pourront-ils bientôt l’imposer à leurs salariés ?

Les pots au bureau déconseillés

Les moments de convivialité, tels que les pots au bureau, ne sont, quant à eux, « plus recommandés » : « S’ils sont tout de même organisés, ils doivent se faire dans le respect des gestes barrière, et notamment de la distance de deux mètres entre chaque personne lorsque le port du masque ne peut être assuré », a précisé le ministère du Travail.

Aération des locaux : au moins 5 minutes par heure

Le texte encourage également les entreprises à aérer les pièces où travaillent simultanément plusieurs collaborateurs, à raison de 5 minutes par heure au minimum.

Si le système de ventilation est mécanique, il doit être « en état de bon fonctionnement et vérifié ».

Le protocole conseille également aux entreprises de mesurer le taux de CO2 de l’air des bureaux : s’il atteint plus de 800 ppm (parties par million de molécules d’air), il faut réduire le nombre de personne présentes dans la pièce et à plus de 1 000 ppm, il faut évacuer tout le monde et aérer en attendant que le seuil retombe sous la barre des 800 ppm.

38% des entreprises françaises autorisent leurs collaborateurs à télétravailler

Statu quo sur le télétravail

En revanche, pas de renforcement du télétravail, même si Elisabeth Borne a incité les employeurs à « faciliter son déploiement en tenant compte des enjeux d’organisation du travail, des risques liés à l’isolement des salariés, ou encore de la difficulté à respecter les gestes barrières ».

Indemnités journalières pour la garde d’enfants

La ministre a également précisé que dans l’hypothèse où un collaborateur devrait garder un ou plusieurs de ses enfants, « l’un des parents qui restera à la maison pourra bénéficier d’indemnités journalières de la part de l’Assurance maladie(…) Ce n’est pas du chômage partiel, et vous devez voir avec votre employeur si vous pouvez télétravailler en gardant un enfant. Mais si vous avez un enfant en bas âge, ce n’est pas très commode. Dans ce cas-là, vous pouvez vous arrêter et bénéficier d’indemnités journalières. »

Par Maïté Hellio

Reporter tout terrain et pianiste, aime quand les mots et les notes sonnent juste !

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

L'actu RH

dans votre boite mail

Recevez l’essentiel de l’actualité RH

En cliquant sur « S'inscrireOk », vous acceptez les CGU et la politique de traitement de vos données personnelles.