Etats-Unis : un patron paie des candidats pour passer un entretien d’embauche !

Alors qu’il peine à recruter des employés, le propriétaire de plusieurs McDonald’s de Floride a eu une idée pour le moins originale : rémunérer des personnes pour passer un entretien d’embauche !

Un patron de plusieurs McDonald's en Floride verse 50 dollars à toute personne se présentant en entretien d'embauche.
Une "carotte" qui n'a pourtant pas eu l'effet escompté ! © wolterke/stock adobe.com

Offrir de l’argent à des candidats pour les inciter à postuler dans votre entreprise ? C’est le pari assez audacieux d’un patron d’une soixantaine de restaurants McDonald’s aux Etats-Unis. Pour faire face à la pénurie de candidats se présentant pour des postes d’employés dans ses établissements de Floride, il a décidé de verser 50 dollars, soit environ 41 euros, à toute personne se présentant pour passer un entretien d’embauche.

 

 

Une mesure peu suivie d’effets

Mais cette incitation financière, doublée d’une réévaluation du salaire de 12 à 13 dollars de l’heure (environ 10,85€/h), n’a pas suffi à provoquer un déferlement de candidatures. A la grande surprise du patron américain, Blake Casper, pour qui la pénurie de main-d’œuvre peut s’expliquer par la hausse des droits du chômage qui n’inciterait pas les Américains à chercher un emploi.

« Ok Google, je voudrais postuler chez McDonald’s »

Pourtant, le chef d’entreprise confie à Business Insider que la conjoncture économique est favorable à son activité : « Vous avez beaucoup de gens avec beaucoup d’argent qui veulent consommer. » S’il a recruté 115 collaborateurs pour ses 60 établissements en une semaine, il estime ce nombre encore bien insuffisant pour répondre à la demande !

Des difficultés de recrutement dans les entreprises américaines

Cet exemple illustre une difficulté globale de recrutement rencontrée par de nombreuses entreprises américaines indépendantes durant la pandémie. En cause, notamment, la multiplication d’offres d’emploi proposant de meilleurs conditions de travail (salaire plus élevé, davantage de flexibilité) que dans des secteurs tels que la restauration et la crainte des travailleurs de choisir un métier « de la première ligne » les exposant au virus de la Covid-19.

McDonald’s limoge son patron pour une liaison de bureau

Par Maïté Hellio

Reporter tout terrain et pianiste, aime quand les mots et les notes sonnent juste !

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

L'actu RH

dans votre boite mail

Recevez l’essentiel de l’actualité RH

En cliquant sur « S'inscrireOk », vous acceptez les CGU et la politique de traitement de vos données personnelles.