Les Français télétravaillent moins que leurs voisins européens

Une récente étude révèle que le télétravail est une pratique moins étendue et moins fréquente en France que dans d’autres pays européens.

Les Français sont bien moins nombreux que leurs collègues européens à pratiquer le télétravail.
Les Français sont bien moins nombreux que leurs collègues européens à pratiquer le télétravail. © synthex/stock adobe.com

La France à la traîne en matière de télétravail ? Bien que le sujet fasse couler beaucoup d’encre et alimente de nombreuses discussions, sa pratique est moins répandue dans l’Hexagone qu’en Allemagne, au Royaume-Uni en Espagne ou encore en Italie, révèle une enquête* de l’Ifop pour la Fondation Jean Jaurès, publiée mercredi 5 janvier.

Inégalités d’accès au télétravail

Alors que 61% des actifs allemands et 56% des actifs italiens travaillent, au moins en partie, à distance, seuls 34% des travailleurs Français pratiquent le télétravail. Ce chiffre concerne 50% des actifs britanniques et 43% des actifs espagnols.

Télétravail : une entreprise condamnée pour avoir forcé une salariée à revenir au bureau

Le sondage de l’Ifop met en exergue une plus grande inégalité d’accès au télétravail liée à la catégorie socio-professionnelle en France que dans les autres pays européens interrogés. Ainsi, ce mode d’organisation du travail reste, en majorité, l’apanage des cadres et des CSP+. Dans l’Hexagone, 56% des CSP+ télétravaillent contre 17% des CSP-. En Italie, l’accès au télétravail est bien plus homogène, avec des ratios respectifs de 56% pour les CSP+ et de 48% pour les CSP-.

En revanche, en France, le télétravail est réparti de manière assez équitable entre les différentes générations, alors que dans les quatre autres pays étudiés, il est plus développé chez les moins de 35 ans et moins chez les plus de 50 ans.

Deux à trois jours de télétravail hebdomadaires en France

Autre fait notoire : la fréquence du télétravail est moindre en France, où 14% des actifs en poste déclarent travailler à distance deux à trois jours par semaine, contre 11% quatre à cinq jours. A l’inverse, 30% des salariés italiens y ont recours quatre à cinq jours par semaine, contre 17% deux à trois jours.

Cela s’explique, en partie, par des variations entre le nombre idéal de jours de télétravail souhaité, qui oscille entre 1,8 jour par semaine pour la France et 2,4 jours en Italie.

Télétravail : 6 erreurs à ne pas reproduire en 2022

Globalement, l’ensemble des travailleurs interrogés ont une perception positive du télétravail et s’accordent sur trois avantages majeurs que représente cette organisation du travail : les économies financières réalisées (trajets, repas, garde d’enfants…), le gain d’autonomie et la meilleure conciliation entre vie personnelle et vie professionnelle.

*Enquête réalisée du 21 au 27 septembre 2021 selon la méthode des quotas auprès d’actifs issus d’échantillons représentatifs de 1011 Allemands, 1002 Français, 1004 Britanniques, 1008 Espagnols et 1007 Italiens.

Par Maïté Hellio

Reporter tout terrain et pianiste, aime quand les mots et les notes sonnent juste !

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

L'actu RH

dans votre boite mail

Recevez l’essentiel de l’actualité RH

En cliquant sur « S'inscrireOk », vous acceptez les CGU et la politique de traitement de vos données personnelles.