Recrutement : les questions à bannir en entretien d’embauche

Lors de l’entretien d’embauche, vous rencontrez votre candidat pour la première fois et vous cherchez à apprendre à le connaître. Toutes les questions méritent-elles d’être posées ? 

les questions interdites en entretien
L’entretien d’embauche est un moment d'échange et pas un interrogatoire ! © fizkes/stock adobe.com

L’entretien a pour objectif d’échanger avec un candidat, d’apprendre à le connaitre, de valider ses compétences, d’identifier s’il a l’expérience requise pour le poste, de juger son savoir-faire, de cerner son savoir-être, de mesurer sa capacité à s’intégrer dans l’entreprise. C’est lors de cette entrevue que vous évaluez votre candidat et, pour ce faire, vous devez rester professionnel et bienveillant.

La discrimination en entretien : qu’en est-il ?

Chaque candidat doit bénéficier d’une égalité de traitement lors d’un entretien avec un recruteur. Selon l’article L .1132-1 de la loi Travail (loi El Khomri) « aucune personne ne peut être écartée d’une procédure de recrutement ou de l’accès à un stage ou à une période de formation en entreprise, aucun salarié ne peut être sanctionné, licencié ou faire l’objet d’une mesure discriminatoire, directe ou indirecte ».

Une question discriminatoire est passible de sanctions. L’article L. 1221-6 stipule que les « informations demandées lors d’un entretien d’embauche doivent présenter un lien direct et nécessaire avec l’emploi proposé ou avec l’évaluation des aptitudes professionnelles ». Ainsi, un candidat peut envoyer un employeur devant la justice, « la discrimination à l’égard d’une personne physique ou morale étant punie de trois ans d’emprisonnement et de 45 000 euros d’amende » , selon l’Article 225-2 du Code pénal.

Les questions discriminatoires donc INTERDITES !

Les questions suivantes sont donc à proscrire :

  •  Quelle est votre situation familiale ?
  • Etes-vous enceinte ? Envisagez-vous d’avoir des enfants ?
  • Quelle est votre orientation sexuelle ?
  • Quelle est votre origine ?
  • Quel âge avez-vous ?
  • Etes-vous fumeur ? syndiqué ? en couple ? célibataire ?

Bref, tout ce qui concerne le sexe, le nom de famille, la situation de famille, l’origine, l’apparence physique, le lieu de résidence, l’état de santé, les mœurs, l’âge, la religion, les opinions politiques, les convictions syndicales, le handicap, l’appartenance ethnique …
Retrouvez les 24 critères de discrimination définis par l’association A Compétence Egale.

Les autres questions qui déstabilisent les candidats !

Au-delà de mettre votre candidat mal à l’aise, ces questions ne sont pas les plus pertinentes.  Formulées ainsi, vous n’obtiendrez pas de réponses réellement intéressantes.

Quelles sont vos qualités, quels sont vos défauts ?

Il existe d’autres termes ou d’autres manières d’en savoir plus sur les candidats ! En effet, avec ce genre de question, il est difficile d’être objectif sur soi-même. Généralement, les qualités, pas de soucis ! Mais les défauts… Les candidats ont beaucoup plus de mal à en parler. Alors que si vous leur demandiez « Que nous dirait votre ancien manager / vos collègues de vous ? » « Quels seraient les points à améliorer d’après votre ancien responsable ? ». Indirectement, la question a le même objectif : vous cherchez à en savoir plus sur la personnalité du candidat ! Il y répondra beaucoup plus facilement et plus spontanément si elle est formulée ainsi.

La question fermée : êtes-vous une personne méthodique ?

A moins d’attendre une réponse précise sur un sujet bien particulier comme : « maîtrisez-vous Excel ? Oui ». Les questions fermées peuvent déstabiliser le candidat si elles sont trop nombreuses. Tel un interrogatoire, ce sont des questions qui n’engagent aucun échange ! Or, l’objectif de tout entretien est bien d’avoir une conversation avec votre candidat afin d’apprendre à mieux le connaitre.

Alors évitez les questions du genre : êtes-vous une personne organisée ? Diriez-vous que vous êtes de nature stressée ? Formulez plutôt vos questions ainsi : comment vous organisez-vous dans votre quotidien ? Parlez-moi d’une situation stressante à laquelle vous avez dû faire face et comment avez-vous géré cette situation ?  Ce sera plus simple pour le candidat d’apporter une réponse claire et précise à votre question.

Entretien d’embauche : les erreurs à éviter… quand on est recruteur !

Les questions multiples

« Imaginez que vous êtes face à un client mécontent qui ne souhaite pas renouveler son contrat. Expliquez-moi comment vous gérez la situation, quelle attitude vous adoptez, quel discours vous tenez face au client pour le rassurer et quelle solution vous lui proposez ? »
Evitez ce genre de question car votre candidat risque d’avoir beaucoup de difficultés à y répondre. Vous risquez même de créer chez lui du stress ou un sentiment de frustration de crainte d’oublier un détail ou une information importante.

En revanche, vous pouvez le mettre en situation pour évaluer ses compétences : posez votre première question et, ensuite, laissez-le s’exprimer. En fonction de ses réponses, vous pourrez tout à fait lui demander des précisions et lui poser d’autres questions au fur et à mesure de l’échange.

Les questions inductives ou suggestives

Les questions inductives sont bien souvent des questions fermées et dont la réponse se trouve dans la question : « Pensez-vous que votre manque d’organisation est à l’origine de votre manque de résultat ? Diriez-vous que l’ennui vous a amené à changer plusieurs fois d’entreprise ? » Attention à ces questions, elles peuvent mettre le candidat en position de faiblesse !

Les questions suggestives, dont la réponse est également dans la question, contiennent aussi une opinion bien marquée. Difficile pour le candidat en face d’exprimer un avis contraire : « j’imagine que vous n’avez rien contre le fait de faire des heures supplémentaires si votre manager vous le demande ? Je présume que vous vous êtes, bien évidemment, renseigné sur notre entreprise pour cette entrevue ? Je vous écoute ! ». Loin d’être bienveillante, le candidat risque de se sentir influencé et manipulé avec ce genre de question.

Lors d’un entretien, vos questions peuvent avoir un impact sur l’image que vous allez laisser. Restez donc attentif à l’expérience candidat : échange, écoute, bienveillance ! Abolissez les questions interdites et déstabilisantes qui n’apportent rien d’autre qu’une image négative de votre entreprise et concentrez-vous sur votre grille d’évaluation et vos critères afin de juger si vous avez devant vous LE CANDIDAT IDEAL.

Recrutement : 10 conseils pour optimiser l’expérience candidat

Par Delphine Massé

Membre de la team édito envolé vers de nouvelles aventures !

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

L'actu RH

dans votre boite mail

Recevez l’essentiel de l’actualité RH

En cliquant sur « S'inscrireOk », vous acceptez les CGU et la politique de traitement de vos données personnelles.