Recrutez comme Jeff Bezos avec la règle des trois questions

Les archéologues du recrutement ont déterré un document incroyable signé de la main de Jeff Bezos.

fleuve Amazone
Ceci est une photo du fleuve Amazone © Marcio Isensee e Sa - stock.adobe.com

La lettre adressée aux actionnaires d’Amazon date d’un peu plus de 20 ans. A l’époque le patron d’Amazon ne préparait sans doute pas encore sa guerre des étoiles contre Elon Musk, « porter plainte contre la Nasa » n’étant pas la première chose qu’on pense à ajouter sur sa bucket list.

Mais, il y a 20 ans, Amazon recrutait déjà (les salariés étaient alors 2 100), et le multimilliardaire en devenir avait pris soin de transmettre ses directives à ceux qui se chargeraient de recruter à sa place. Sa lettre mentionne notamment trois questions à se poser avant de souhaiter la bienvenue à un candidat. Le journaliste de GQ qui les a récemment reprises les qualifient de « toujours d’actualité et toujours inestimables tant pour les recruteurs et les responsables que pour les candidats« . On n’ira pas jusque là.

1. Allez-vous admirer cette personne ?

Voilà ce qu’en dit Jeff : « Si vous pensez aux personnes que vous avez admirées dans votre vie, ce sont probablement des personnes qui vous ont appris quelque chose ou vous ont servi d’exemple. Pour ma part, j’ai toujours essayé de travailler avec des personnes que j’admire et je vous encourage à être aussi exigeant. La vie est trop courte pour faire autrement. »

Notre avis : c’est plutôt un bon conseil, mais ça semble manquer d’un peu de pragmatisme. C’est même un peu gênant quand on se penche un peu sur les controverses liées à Amazon.

2. Cette personne va-t-elle augmenter le niveau de productivité moyen de l’équipe qu’elle rejoint ?

Jeff annonce : « Nous voulons lutter contre l’entropie. La barre doit toujours être placée plus haut. » Il demande aux gens de se projeter dans 5 ans et d’imaginer des standards si élevés qu’ils devraient se réjouir d’avoir été recrutés bien avant.

Notre avis : tous ensemble, luttons contre l’entropie ! Dans tous les cas, on ne recrute pas de nouveaux collaborateurs dont on pense qu’ils vont tirer une équipe vers le bas, la question relève un peu du bon sens, non ?

3. Dans quelle catégorie cette personne pourrait-elle être superstar ?

« De nombreuses personnes se distinguent par des compétences et passions qui enrichissent l’environnement de travail global. C’est souvent assez peu lié à leurs jobs, une personne ici est championne d’orthographe. Je pense que ça ne l’aide pas vraiment dans son travail quotidien, mais ça rend la vie plus fun si tu peux lui lancer un petit challenge quand tu la croises dans un couloir. »

Notre avis : la question est sympa, pour détendre l’atmosphère et sortir des centres d’intérêts vus et revus. Elle permet de tester un peu le culture fit du candidat et de faire connaissance. Mais, non Jeff, ces petits challenges lancés dans les couloirs ne sont pas si fun. Laissons plutôt les champions d’orthographe se déplacer sereinement en entreprise !

Recrutement : cette question étrange qu’Elon Musk aime poser en personne aux candidats

Par Stéphanie Davalo

Lead Content Manager chez HelloWork depuis 2018

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

L'actu RH

dans votre boite mail

Recevez l’essentiel de l’actualité RH

En cliquant sur « S'inscrireOk », vous acceptez les CGU et la politique de traitement de vos données personnelles.