Parental challenge : un guide de bonnes pratiques pour accompagner les salariés parents

Quatre mamans actives ont édicté des mesures simples à mettre en œuvre en entreprise pour accompagner les parents.

parental challenge guide bonnes pratiques entreprise parentalité
L'objectif du guide : aider les entreprises à mieux accompagner leurs salariés parents. © Flamingo Images/stock adobe.com

Qui va prendre le relais pendant mon congé maternité ? Comment m’organiser pour garder mon enfant malade ? Comment va se passer la reprise du travail après mon congé parental ? Ces questions, une grande majorité de vos collaborateurs se les posent à un moment ou à un autre de leur carrière. Or, peu d’entreprises ont mis des actions en place pour apporter des réponses claires à ces parents.

C’est tout l’enjeu du parental challenge, créé en décembre 2021 par quatre mères actives convaincues que les entreprises devaient s’engager sur ce sujet-clé de l’équilibre vie pro/vie perso. Et qu’elles pouvaient le faire en mettant en œuvre des mesures pas ou peu coûteuses qui font toute la différence. Le credo de ce challenge ? « Faire de 2022 l’année où les entreprises deviennent vraiment parent-friendly », alors que 66% des parents d’un enfant de moins de trois ans reconnaissent avoir déjà rencontré des difficultés pour concilier leur vie professionnelle et personnelle, selon une enquête réalisée par l’Insee en 2020.

Allongement du congé paternité : un pas vers plus d’égalité professionnelle hommes-femmes ?

« Les entreprises ont un gros enjeu sur la parentalité, parfois elles manquent simplement de temps pour mettre les choses en place. Le parental challenge est un début pour celles qui ne savent pas par où commencer. De quoi combler les trous dans la raquette pour les plus avancées », explique Judith Aquien, l’une des fers de lance du mouvement, interviewée par Challenges.

Une quarantaine d’entreprises ont déjà signé la charte d’engagement du parental challenge qui se double d’un guide de 100 mesures pragmatiques à adopter. En voici quelques-unes !

Donner à tous les salariés en CDI les mêmes droits en matière de parentalité

En renonçant notamment aux conditions d’ancienneté pour garantir le maintien du salaire pendant le congé maternité.

Mieux accompagner les parents en congé long

L’idée est d’accompagner le départ en congé maternité, paternité ou d’adoption en associant le salarié concerné au choix de son remplaçant et en organisant un entretien préalable au congé avec son manager. Mais aussi d’éviter les discriminations au retour du congé en ménageant un vrai temps de re-onboarding et en prévoyant un entretien de reprise avec le manager.

Protéger la confidentialité des collaborateurs

L’objectif est de les assurer qu’ils pourront faire valoir leurs droits sans nécessairement se confier sur leur parcours personnel (PMA, adoption, fausse couche…). Pour ce faire, le parental challenge suggère de désigner un destinataire unique au service RH des justificatifs d’absence ou des demandes d’aménagements d’horaires ou de lieu de travail. Et de rappeler aux managers et aux salariés que les premiers n’ont pas à exiger des seconds de connaître les raisons motivant une absence ou un aménagement de poste.

Autoriser et rémunérer les absences sur leur temps de travail des salariés engagés dans un parcours d’adoption

Il suffit pour cela qu’une personne du service RH reçoive les justificatifs mentionnant les rendez-vous obligatoires du parcours d’adoption : rendez-vous d’information, évaluation psychosociale…

Permettre à tous les parents dont les postes le permettent de télétravailler à 100% à des moments clés

Les auteures du guide recommandent d’offrir cette possibilité à certaines étapes du parcours de PMA, au cours de la grossesse, dans les jours suivant une fausse couche ou pendant les périodes d’adaptation d’un nouveau mode de garde de l’enfant.

Accorder des jours de congés enfant malade rémunérés

Le parental challenge préconise d’accorder aux collaborateurs cinq jours par an pour s’occuper de leurs enfants malade ou en cas de fermeture de crèche ou d’école (pour cas de Covid par exemple) ou de maladie de l’assistante maternelle, sans nécessairement exiger de justificatifs.

Encourager l’implication des seconds parents dès les premiers moments de la parentalité

Cela passe notamment par le fait de laisser le futur père se rendre aux examens de grossesse obligatoires sur son temps de travail en le rémunérant et d’encourager les seconds parents à prendre l’intégralité de leurs 28 jours de congés.

Égalité professionnelle : ces entreprises accordent un congé parental rémunéré équivalent aux femmes et aux hommes

Soutenir financièrement les congés maternité, second parent et adoption

L’ambition affichée est de maintenir 100% du salaire tout au long de ces congés et de mettre en place la subrogation du salaire, c’est-à-dire le fait que l’entreprise verse l’ensemble du salaire directement au collaborateur et s’occupe ensuite de récupérer les indemnités journalières auprès de la Sécurité sociale.

Congé parental : pourquoi si peu de pères le demandent ?

Mettre en place des horaires de travail compatibles avec une vie familiale

Le guide propose, par exemple, de planifier les réunions entre 9h et 18h afin de ne pas exclure les parents des prises de décision et de ne pas les tenir à l’écart d’informations importantes.

Outiller les managers pour qu’ils accompagnent au mieux les parents de leur équipe

Outre leur transmettre le guide de bonnes pratiques, les managers peuvent se voir proposer une formation (détecter les risques psychosociaux de dépression/burn out parental, accompagnement de la grossesse, préparer le départ et retour de congé…).

Retrouvez l’ensemble des mesures du parental challenge dans le guide !

Par Maïté Hellio

Reporter tout terrain et pianiste, aime quand les mots et les notes sonnent juste !

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

L'actu RH

dans votre boite mail

Recevez l’essentiel de l’actualité RH

En cliquant sur « S'inscrireOk », vous acceptez les CGU et la politique de traitement de vos données personnelles.