Le tatouage n’est plus un frein pour la carrière

 

20 % des salariés américains sont tatoués et 40 % des futurs salariés les Millenials le sont également. Etre tatoué n’est donc plus un problème dans les entreprises (à tout le moins en majorité) à l’heure où les notions de savoir-être et le bonheur des salariés deviennent très importants.

 

L’époque où la tenue de travail type de l’employé de bureau était le costume cravate est en train de disparaitre. A l’heure où le bien-être au travail est devenu une problématique centrale des entreprises et où ces dernières font face à la pénurie de main d’œuvre à de nombreux postes clés, le friday wear n’est plus limité au vendredi. Les mœurs ont évolué et le style vestimentaire avec ! Il en est de même du tatouage, si l’on en croit une étude menée par l’université de Miami et l’université de Western Australia auprès de 2 000 employés aux États-Unis. Jadis stigmatisant, le tatouage s’apparenterait désormais à un accessoire de mode grand public. 20% des adultes américains et même 40% des millenials seraient ainsi tatoués.

Peut-on être soi-même au travail ? « En sweat et en baskets, j’étais ridicule »

Mieux, selon cette étude, même si le tatouage est visible, il ne causerait aucune discrimination à l’embauche ou différence dans le salaire des individus. Les salaires moyens et les chances d’être recruté seraient exactement les mêmes, que l’on soit tatoué ou non. Les effets seraient même inverses pour les employeurs : ceux qui continuent de discriminer les personnes tatouées se priveraient d’une partie des candidats les plus qualifiés. Michael French, professeur d’économie de la santé à la Miami Business School, déclare ainsi : « Les aprioris négatifs associés au fait d’avoir des tatouages, notamment visibles, s’estompent  notamment chez les plus jeunes qui considèrent le « body art » comme une forme d’expression personnelle commune. Vu la forte proportion de personnes tatouées – autour de 40% pour les jeunes adultes – les recruteurs qui discrimineraient des candidats tatoués auraient un désavantage compétitif face aux candidats les plus qualifiés. »

Une bonne nouvelle pour les personnes tatouées donc, et plus largement pour l’ouverture d’esprit au bureau !

(istockphoto.com/Portra)

Par Flavien Chantrel

Directeur éditorial, Flavien explore depuis plus de 15 ans les thématiques du recrutement, de la recherche d'emploi et de la marque employeur.

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

L'actu RH

dans votre boite mail

Recevez l’essentiel de l’actualité RH

En cliquant sur « S'inscrireOk », vous acceptez les CGU et la politique de traitement de vos données personnelles.