Les RH vus par les RH : une profession éprouvée mais revalorisée par la crise

Le baromètre 2021 réalisé par Payfit et les éditions Tissot offre un panorama de la profession RH, à l’avant-poste de la gestion de la crise sanitaire dans les entreprises.

Les RH estiment avoir une image positive auprès de leurs collaborateurs et de leur direction.
Les RH estiment avoir une image positive auprès de leurs collaborateurs et de leur direction. © zenzen/stock adobe.com

Sans surprise, la crise a accentué les difficultés rencontrées par les services RH, extrêmement sollicités durant cette période par leurs collaborateurs et leur direction, comme en témoigne l’enquête « les RH au quotidien ». Mais ce baromètre, réalisé par Payfit et les éditions Tissot auprès de 825 professionnels RH du 25 janvier au 22 février 2021, révèle aussi que, dans le même temps, la fonction RH a été revalorisée aux yeux des employés et des dirigeants. Quels sont les principaux enseignements à tirer de cet état des lieux de la profession ?

Premier constat : les difficultés rencontrées par les RH se sont accentuées avec la crise

La plupart des difficultés auxquelles font face les équipes RH au quotidien préexistaient à la crise. Comme le caractère chronophage des tâches administratives ou de la veille d’information sur les évolutions réglementaires. 69% des personnels RH interrogés consacrent au moins la moitié de leur temps à des tâches administratives quand 36% d’entre eux se plaignent de difficultés à suivre les évolutions réglementaires.

A cela se sont ajoutées de nouvelles priorités au cours de la crise sanitaire : mise en place du télétravail, d’un protocole sanitaire, recours à l’activité partielle, congés payés imposés, licenciements, arrêts contraints de période d’essai…

« Tous les jours il y avait un nouveau texte de loi, mais les décrets n’étaient pas encore publiés, donc il n’était pas facile de connaître la règle à un instant T. Et pendant ce temps-là, les RH devaient continuer à assurer des missions essentielles à la vie de l’entreprise : gestion des paies, embauches, accueil de nouveau collaborateurs… Cela a accru leur charge de travail », explique Céline Herbreteau, cheffe de produits marketing et communication des éditions Tissot.

« On parle beaucoup des travailleurs de la 1ère et de la 2e ligne mais les RH se considèrent comme la 3e ligne, un peu oubliée mais au centre de toute la gestion de cette crise dans les entreprises », complète-t-elle.

Deuxième constat : les équipes RH n’ont jamais été aussi sollicitées et sont au bord de l’épuisement

75% des RH s’estiment davantage sollicités qu’à l’ordinaire par leurs collaborateurs et 79% d’entre eux par leur direction. « Les employés ont eu tendance à prendre les RH pour des médecins et à leur poser des questions du type : ‘’J’ai vu telle personne, est-ce que je suis cas contact ? ». Les RH ont soutenu psychologiquement les salariés et les managers pour organiser le travail à distance et lutter contre leur isolement. Ce nouveau rôle a été source de nombreuses tensions dans un contexte où les ressources n’ont pas augmenté », souligne Mathieu Bernard, directeur général France de Payfit.

En effet, 61% des professionnels RH déclarent manquer de temps et de ressources pour bien faire leur travail. Dans cette situation difficile, la majorité des RH se déclarent épuisés (82 %), frustrés (71 %) et même isolés (71 %).

Un an après : les impacts de la crise sanitaire sur le marché de l’emploi

Troisième constat : la crise a redoré le blason de la fonction RH

Cela peut sembler paradoxal mais la crise a eu une vertu : revaloriser la fonction RH aux yeux des collaborateurs et des chefs d’entreprise. Ainsi, 75% des RH pensent avoir une image positive auprès des salariés et 84% auprès des dirigeants. « Les RH se sont sentis utiles dans cette période, décrypte Mathieu Bernard. Leur rôle est devenu stratégique. Ils ne sont plus perçus comme une fonction administrative, de support, mais comme un acteur-clé qui accompagnera la reprise d’activité de l’entreprise et contribuera au bien-être de ses employés via, par exemple, la mise en place d’une organisation hybride du travail. »

Autre bonne nouvelle pour la profession : les décisions prises par leur direction n’ont jamais autant coïncidé avec les attentes des salariés. « Cette année, 61% des RH disent que les directives des employeurs sont en phase avec les souhaits des salariés, soit 10 points de plus qu’en 2020. En 2021, salariés et dirigeants sont donc davantage alignés et solidaires ; ils partagent une vision commune, ce qui est extrêmement rassurant pour les RH, parfois pris entre deux feux », analyse Céline Herbreteau.

RH 2021 : la collaboration au centre de toutes les attentions

Quatrième constat : la digitalisation est un enjeu-clé pour les RH en 2021

Si un bon génie pouvait exaucer trois vœux pour les RH, ces derniers choisiraient : garantir la conformité juridique de leurs décisions et de leurs écrits, maîtriser les évolutions réglementaires, pour faire face notamment à la réforme du Code du travail et à celle de la formation professionnelle, et enfin alléger les tâches de saisie et de ressaisie administratives.

Tous ces souhaits vont dans le sens d’une accélération de la digitalisation des entreprises grâce à des outils permettant d’automatiser certaines tâches (paie, gestion des absences, le stockage d’informations liées au salariés…). Les équipes RH pourraient ainsi se concentrer sur des missions à plus forte valeur ajoutée, qui, selon elles, intéressent le plus leurs collaborateurs : la qualité de vie au travail, la formation et la gestion des carrières et des compétences.

Aujourd’hui, 83 % des RH déclarent utiliser des outils digitaux dans leur fonction, soit 7 points de plus qu’en 2020 et 80 % d’entre eux sont aujourd’hui équipés d’outils pour la gestion de la paie (soit 10 points de plus qu’en 2020). Pourtant, 57 % déclarent encore passer entre 1 et 5 jours par mois sur cette tâche, et 38% plus de 6 jours !

Quelles sont les priorités des RH pour 2021 ?

Cinquième constat : les RH exercent leur métier par passion et sont épanouis au travail

« 71% des RH ont choisi ce métier-passion pour sa dimension humaine et sociale, pour accompagner les salariés dans leur évolution professionnelle, pour garantir leur bien-être au travail, les conseiller, dénouer des situations délicates entre un manager et un salarié », résume Céline Herbreteau.

Un désir souvent bien éloigné de la réalité, consacrée en grande partie aux tâches administratives. Malgré tout, les niveaux de motivation (95%) et d’épanouissement au travail (93%) des RH demeurent très élevés ! 71% des professionnels interrogés affirment qu’ils voudront toujours exercer ce métier dans dix ans et 76% qu’ils choisiraient ce métier si c’était à refaire. Un signe d’espoir pour l’avenir de la profession !

Par Maïté Hellio

Reporter tout terrain et pianiste, aime quand les mots et les notes sonnent juste !

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

L'actu RH

dans votre boite mail

Recevez l’essentiel de l’actualité RH

En cliquant sur « S'inscrireOk », vous acceptez les CGU et la politique de traitement de vos données personnelles.