Période d’essai : les bonnes et les mauvaises raisons de la renouveler

La loi permet à l’employeur de renouveler la période d’essai d’un nouveau collaborateur embauché en CDI à une reprise. Mais cette démarche est-elle toujours effectuée à bon escient ?

Renouveler systématiquement la période d'essai n'est pas forcément une bonne idée.
Renouveler systématiquement la période d'essai n'est pas forcément une bonne idée. © zenzen/stock adobe.com

« Cela fait trois mois que tu es arrivé dans notre entreprise. On est très content de ton travail mais, chez nous, on renouvelle la période d’essai pour tout le monde. » Combien de fois avez-vous prononcé cette phrase face à un collaborateur fraîchement embauché ?

Certaines entreprises ont fait le choix délibéré de renouveler automatiquement cette période durant laquelle employeur et salarié peuvent rompre le contrat de travail sans donner de motif et sans que cela n’entraîne le versement d’indemnités.

Pour rappel, la période d’essai permet, à la fois, à l’employeur d’évaluer si le nouveau collaborateur correspond à ses attentes et au salarié de déterminer si son travail lui plaît. Du point de vue du droit du travail, la période d’essai n’est pas obligatoire mais doit nécessairement figurer dans la lettre d’engagement ou le contrat de travail pour être mise en œuvre.

RH : quelles règles respecter pour les arrêts maladie des salariés pendant la période d’essai ?

La durée légale maximale de la période d’essai pour un CDI est de deux mois pour un employé ou un ouvrier, trois mois pour un technicien ou un agent de maîtrise et quatre mois pour un cadre. Concernant les CDD de moins de 6 mois, elle ne peut excéder deux semaines, et pour les CDD de plus de 6 mois, un mois.

Cette période peut être renouvelée une fois, uniquement dans le cadre d’un CDI, dans la limite d’une durée équivalente à la première partie de la période d’essai, à trois conditions :

  • Que ce renouvellement soit prévu par la convention collective de laquelle dépend le salarié
  • Qu’il figure dans le contrat de travail
  • Que les deux parties soient d’accord.

On passe en revue les différentes raisons qui peuvent conduire au renouvellement d’une période d’essai.

Les bonnes raisons

Parce que l’employeur estime que la nouvelle recrue n’a pas encore fait ses preuves

Si l’employeur estime que son nouveau collaborateur n’a pas suffisamment démontré qu’il était au niveau des missions demandées au cours de ce laps de temps assez court, il est bon de lui laisser une chance supplémentaire de manifester ses talents.

Peut-être ne se sent-il pas encore assez en confiance pour prendre des initiatives ? Peut-être a-t-il besoin d’être mieux guidé par l’un de ses collègues ou de suivre une formation pour mettre à jour ses connaissances ? Peut-être ne s’est-il pas vu attribuer des missions lui permettant d’exprimer pleinement son potentiel ? Faites le point avec lui pour lui rappeler clairement ce que vous attendez de lui et identifier ses difficultés et les solutions d’amélioration envisageables.

Parce que le nouveau collaborateur peine à s’intégrer au sein de l’équipe

Vous avez l’impression que votre nouveau collaborateur ne se sent pas à l’aise dans son équipe ? Ou bien vous avez des retours négatifs des autres membres de l’équipe au sujet du nouvel arrivant ? Avant de décréter qu’il y a incompatibilité entre telle et telle personne et qu’elles ne pourront pas travailler en harmonie, demandez-vous si ce manque d’intégration à l’équipe n’est pas lié à une timidité excessive, à une gêne quelconque ou à un sujet que la nouvelle recrue n’ose pas aborder.

Pour ce faire, mettez le collaborateur en confiance et questionnez-le sur son ressenti par rapport à l’équipe et à l’ambiance de travail qui règne dans l’entreprise. Vous pourriez être surpris !

Les mauvaises raisons

Parce qu’on n’a pas le courage de dire à ceux qui ne font pas bien leur travail pourquoi, précisément, on renouvelle cette période d’essai

Certains managers et RH choisissent cette option du renouvellement systématique par facilité, pour ne pas avoir à dire des choses désagréables aux personnes concernées. Si cette stratégie permet certes, à court terme, d’éviter le conflit, elle ne s’avère pas payante sur le long terme, car ce manque de communication peut faire grossir des rancœurs ou des frustrations qui se réveilleront à un moment ou à un autre et pourront déboucher sur un licenciement.

De plus, cette solution peut rompre la confiance entre employeur et employé et, in fine, avoir un impact sur l’investissement du salarié dans son travail.

Ce renouvellement systématique peut également être considéré par la justice comme un détournement abusif de la finalité de la période d’essai, en témoigne l’arrêt de la Cour de cassation du 28 juin 2018, qui censure une pratique de l’entreprise Derichebourg. La société avait, en effet renouvelé, au 1er décembre, pour trois mois, la période d’essai d’une chargée de mission, avant de rompre le contrat de travail le 28 février.

La salariée avait alors saisi le conseil des prud’hommes, arguant que le renouvellement de sa période d’essai était abusif car il n’avait pas pour objet d’apprécier ses compétences mais était systématiquement pratiqué par l’entreprise.

Parce que la situation financière de l’entreprise est chaotique

Dans ce cas de figure, pourquoi avoir choisi d’embaucher un salarié en CDI ? Mieux vaut attendre une conjoncture plus favorable pour recruter à nouveau ce type de contrat et opter, en attendant, pour des CDD, des intérimaires ou des freelances.

Parce que vous vous êtes trompé dans le choix de la personne recrutée mais que vous n’osez pas l’avouer

L’erreur est humaine. Cela vaut aussi pour le recrutement. Plutôt que de renouveler la période d’essai d’une personne dont le savoir-être n’est pas en phase avec le poste à pourvoir ou votre culture d’entreprise, sachez reconnaître votre erreur d’appréciation et rompre la période d’essai au plus vite pour ne pas donner de faux espoirs à votre salarié.

Si cette situation se reproduit, il faudra sans doute revoir votre process de recrutement pour mieux sélectionner vos candidats.

Par Maïté Hellio

Reporter tout terrain et pianiste, aime quand les mots et les notes sonnent juste !

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

L'actu RH

dans votre boite mail

Recevez l’essentiel de l’actualité RH

En cliquant sur « S'inscrireOk », vous acceptez les CGU et la politique de traitement de vos données personnelles.