Jeunes dip’ : comment faire de votre inexpérience un atout ?

« Manque d’expérience »… Vous connaissez sans doute cette expression par cœur. Faisant régulièrement partie des finalistes dans les processus d’embauche, vous n’arrivez pourtant pas à décrocher le job tant espéré. L’expérience s’acquiert dès les études. Et si l’on en manque, d’autres atouts peuvent heureusement être mis en avant. Voici les conseils de Jérôme Gras, Directeur Exécutif chez Page Personnel le spécialiste de l’intérim et du recrutement spécialisés.

JérômeGrasPagePersonnelComment pallier le manque d’expérience lorsqu’on postule à son premier emploi ?
De fait, tous les jeunes diplômés sont inexpérimentés. Il y a deux problématiques à considérer à vrai dire : acquérir de l’expérience pendant ses études et savoir tirer parti de son inexpérience lors de la première recherche d’emploi.
Les expériences de stage sont très importantes pour la recherche du premier poste, en particulier le stage de fin d’études. La connaissance d’un secteur ou les missions réalisées pendant les stages peuvent faire la différence face au recruteur, c’est ce qui montrera la cohérence du projet professionnel.

Quels conseils donner pour réussir sa première recherche d’emploi ?
La première recherche d’emploi doit être ciblée. Il faut cibler un poste selon ses compétences. Si votre projet manque de précision, lors d’une candidature spontanée, il y a de fortes chances que votre CV soit écarté car le recruteur ne saura pas sur quel poste vous proposer.

Mais comment savoir exactement vers quel poste se diriger lorsqu’on est jeune diplômé(e) ?
Il y a déjà ce que vous avez envie de faire, puis les compétences acquises lors des études et des stages et enfin la réalité du marché. Certains secteurs sont en effet saturés et vous vous trouverez en concurrence avec des candidats très expérimentés en recherche d’emploi.

Quelles expériences autres que les stages peut-on mettre en avant face au recruteur ?
Au-delà de l’acquisition d’une expérience professionnelle, les expériences à l’étranger (aujourd’hui obligatoires sous forme de stages dans de nombreuses formations) montrent l’adaptabilité des candidats, de leur autonomie… Ce genre d’expérience est révélateur des qualités du jeune. Les qualités sont d’ailleurs à mettre en avant lorsque l’on manque d’expérience.
Certaines expériences sont-elles-aussi révélatrices de votre tempérament ou de vos compétences : l’encadrement d’une équipe de sport ou l’animation d’un camp de vacances ou encore la participation à une mission humanitaire par exemple.

L’inexpérience d’un collaborateur peut-elle devenir un atout pour l’entreprise ?
Cette inexpérience est l’assurance que le jeune va s’adapter aux méthodes et au fonctionnement de l’entreprise, là ou un salarié expérimenté aura été « formaté » en quelque sorte par une autre entreprise ou lors de ses précédentes expériences. Une personne inexpérimentée a tout à apprendre, cela peut en effet être un atout dans certaines structures.

Aujourd’hui, le marché du travail est-il tendu pour tous les jeunes diplômés sans distinction de formation ?
Le volume de postes disponibles pour les Bac+2 et techniciens est plus important que pour les autres niveaux. Certes, certaines formations sont particulièrement appréciées, l’alternance et les expériences de stages également. D’où l’intérêt de bien choisir ses stages et de les valoriser.

Quels conseils donner aux étudiants afin qu’ils réussissent leur entrée sur le marché du travail ?
Le choix des études, les stages, une expérience à l’étranger… Il faut surtout bien se renseigner sur le marché du travail vers lequel on souhaite aller, vérifier que le secteur n’est pas bouché, comme c’est le cas par exemple du marketing actuellement. Sur certains secteurs, il faut savoir également que la spécialisation est très importante : dans l’informatique, l’ingénierie… Quitte à poursuivre sur une année d’études supplémentaire.

Les missions intérimaires peuvent-elles être un bon tremplin pour acquérir de l’expérience ?
L’intérim qualifié est en pleine croissance et ce sur des missions longues, de 6 mois par exemple, ce qui est tout à fait valorisable en entretien d’embauche. De plus, plutôt que de rester inactif « en attendant » de trouver un emploi, faire des missions intérim peut être une solution.
Contrairement à ce que l’on pourrait croire, trouver un emploi en intérim lorsque l’on est fraîchement diplômé n’est pas impossible. Vous ne trouverez peut-être pas exactement ce que vous recherchez en intérim mais vous vous en rapprocherez. Mais c’est aussi ça la vie professionnelle : il faut accepter d’acquérir de l’expérience avant de pouvoir faire exactement ce que l’on souhaite faire.

Pour conclure, que faut-il retenir pour faire de son inexpérience un atout ?
En résumé, je dirais qu’il faut prendre le temps de définir son projet professionnel et mettre en adéquation, sur le CV, les compétences que l’on a acquises et celles attendues sur le poste proposé. Le CV doit être un véritable outil marketing et non une simple liste de compétences. Il doit mettre en avant les compétences utiles au poste auquel vous postulez. Le recruteur doit comprendre ce que vous voulez faire. Et si vous avez des expériences qui n’ont rien à voir avec le poste auquel vous postulez, faites-en ressortir des qualités qui peuvent s’avérer utiles pour le poste.

Par Guirec Gombert

Membre de la team édito envolé vers de nouvelles aventures !

Commentaires (7)
  • Par Alban

    Première question, première faute de français…

  • Par Priscilla Gout

    Personne n’est parfait Alban, non 🙂 ?

  • Par romain

    Ça aurait été cool de lui demander où trouver des entreprises qui embauchent des jeunes diplômés. Perso, j’en n’ai pas encore vu !!

  • Par isabelle

    Je suis d’accord avec Romain, les solutions si il y en a ne sont pas dans les »blabla » qui font de la publicité pour celui qui est publié et ne font pas avancer les choses.

    Parlons apprentissage, tutorat, transmission des compétences etc…

  • Par lefevre

    Le titre de l’article ne correspond pas du tout à son contenu. L’inexpérience n’est pas un atout et ne peut pas l’être.

  • Par Regionsjob

    Justement c’est de cela qu’il s’agit. On reproche souvent aux jeunes leur « inexpérience » alors qu’aucun candidat n’est totalement inexpérimenté en réalité. On entend ici par inexpérience l’absence de « formatage » du jeune qui peut devenir devenir un véritable avantage face au recruteur. Il s’agit de savoir comment présenter son inexpérience de manière positive…

  • Par Joly

    Partie pris intéressant qu’il est assez agréable de lire, surtout que je suis concernée ! Je ne manquerai pas de mettre vos précieux conseils en application pour mes recherches à venir en espérant que cela me porte chance !

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

L'actu RH

dans votre boite mail

Recevez l’essentiel de l’actualité RH

En cliquant sur « S'inscrireOk », vous acceptez les CGU et la politique de traitement de vos données personnelles.