Handicap et invalidité en ESN : un défi relevé haut la main chez AUSY !

Le 1er janvier 2016, AUSY signait son premier accord et s’engageait ainsi dans une politique en faveur de l’emploi de personnes en situation de handicap. Une signature concrétisée par le recrutement d’Elisabeth Sidibé, à la tête de la Mission Handicap. Alors qu’un prochain accord est en discussion, elle fait le bilan de ces trois années d’actions en faveur de l’intégration des collaborateurs handicapés. Entre une feuille de route ambitieuse, un essor des recrutements et de nombreuses actions innovantes couronnées de succès, la société AUSY a relevé haut la main les premiers défis qu’elle s’était fixés avec la Mission Handicap.

Plus d’une trentaine de recrutements

Alors que l’objectif du premier accord établissait à 30 le nombre de recrutements de personnes handicapées, ce sont finalement 35 collaborateurs qui ont rejoint AUSY. « Une belle réussite et une grande fierté » pour Elisabeth Sidibé, qui rappelle que dans le secteur du conseil et de l’ingénieur informatique, « attirer les candidats adéquats n’est déjà pas facile à l’origine ». Un franc succès donc, rendu possible notamment par la formation en amont de 70 chargés de recrutement, autour de la question du handicap.

Sur le terrain, les tabous tombent petit à petit

Recruter des profils porteurs d’un handicap est une chose. Les maintenir à leur poste en est une autre. Pour aider à faire tomber les tabous et mobiliser tout le monde autour du sujet, une centaine de managers ont pu être formés via un module e-learning et des ateliers en présentiel, durant lesquels ils ont pu être mis en situation. Une manière de se confronter à des cas concrets et d’apprendre à réagir, à accompagner et à répondre aux besoins et aux problématiques des salariés porteurs d’un handicap. « Comment se positionner lors de l’entretien d’embauche ? Qu’est-ce que la RQTH ? Comment valoriser la candidature d’un consultant handicapé auprès d’un client, en mettant en lumière ses compétences, sans pour autant minimiser sa situation ? Les questions sont aussi variées qu’elles sont nombreuses et nous avons fait un vrai travail de pédagogie et de sensibilisation à ce sujet » poursuit Elisabeth Sidibé.

En plus de recruter des personnes handicapées en interne, AUSY contribue plus largement à l’insertion professionnelle des travailleurs handicapés, en sous-traitant notamment certaines prestations de services auprès d’Entreprises du secteur Adapté. A titre d’exemple, deux salariés de l’Entreprise Adaptée Avencod, porteurs du syndrome d’Asperger, effectuent du test numérique et du sourcing de profils d’ingénieurs pour le compte d’AUSY.

L’humour comme arme de séduction

Le handicap est porteur de trop grands préjugés encore aujourd’hui. Pour casser ces clichés, dédramatiser le handicap tout en dépeignant la gravité de certaines réalités, AUSY a pris le parti de l’humour et a réalisé des vidéos désopilantes dans un monde où les personnes invalides seraient « la norme » et les valides « la minorité ». Cela donne, par exemple, un entretien d’embauche déconcertant où tous les codes sont inversés.

La RH

« On tient la perle rare ! Une consultante JAVA JEE qui connait parfaitement le contexte de l’entreprise cliente. Elle a le profil parfait pour le poste »

Le Manager

« Effectivement, mais à un détail près… Si au moins vous boitiez, on aurait pu faire illusion, mais vous êtes complètement valide, et ça chez mon client c’est pas possible »

La candidate valide

« Je vous rassure, ma validité ne se voit pas du tout, j’ai l’habitude de la cacher »

Le manager

« Elle est jolie… Mais je ne vous cache pas que pour travailler chez ce client, être belle et valide ça n’aide pas. »

La candidate valide

« Oui, mais ce n’est pas de ma faute. J’y suis pour rien moi si je cumule »

Afin que chacun s’identifie et aborde le handicap de manière naturelle, AUSY a également participé à de nombreuses SEEPH (Semaine européenne pour l’emploi des personnes handicapées), durant lesquelles les salariés étaient invités à participer à des activités de sensibilisation comme des escape games, par exemple.

La parole se libère, les démarches RQTH se multiplient

Preuve que les choses changent, depuis son arrivée, Elisabeth Sidibé a accompagné une dizaine de salariés dans leur demande de RQTH (reconnaissance qualité de travailleur handicapé). « Une relation de confiance s’est instaurée. On a vu au fur et à mesure les comportements changer, et les managers savent désormais repérer, écouter et remonter les situations à accompagner ».

Tout est mis en œuvre, donc, pour un prochain accord ambitieux tandis que les recrutements se poursuivent. « Non seulement nous mettons un point d’honneur à accueillir toutes les candidatures, sur l’ensemble de nos postes, mais nous réfléchissons tous les jours à la manière de fidéliser nos collaborateurs en situation de handicap pour adapter leur environnement et leur permettre de travailler dans les meilleurs conditions ».

Par Rozenn Perrichot

Membre de la team édito envolé vers de nouvelles aventures !

Commentaire (1)
  • Par hickel

    invalide depuis 2015 en 2 eme categorie je viens m informer

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

L'actu RH

dans votre boite mail

Recevez l’essentiel de l’actualité RH

En cliquant sur « S'inscrireOk », vous acceptez les CGU et la politique de traitement de vos données personnelles.