Tout savoir sur le recrutement en alternance : onboarding, télétravail, rôle des écoles…

Aucune raison de se passer des alternants, notamment quand on évolue dans le secteur digital.

Le rôle des écoles dans le recrutement en alternance
Forums, interventions, ateliers avec les étudiants...  les entreprises qui se mobilisent auprès des étudiants peuvent ensuite compter sur une bonne compréhension de leur activité et de leur culture (StockAdobe/New Africa)

Dans le cadre de la semaine de l’alternance, nous avons échangé avec deux intervenants très familiers du sujet, David-Alexandre Gava, Head Talent Acquisition France chez Siemens et Jérémie Lacour, Responsable Attraction des talents pour Engie Solutions. Pour résumer ce webinaire, nous avons choisi de nous concentrer sur trois sujets : le rôle des écoles, l’importance de l’onboarding et la révolution du télétravail. Si vous souhaitez découvrir les nombreux autres points abordés, vous pouvez utiliser le formulaire suivant afin de visionner la table ronde :

 

La formation en ligne destinée aux tuteurs évoquée pendant la table ronde est disponible gratuitement depuis le compte Engagement Jeunes des entreprises :

Accéder au support e-Learnig des maîtres d’apprentissage

Les écoles ont une vraie valeur à ajouter à l’embauche d’un alternant

« La relation avec les écoles se construit sur le long terme« ,  a rappelé Jérémie Lacour. Forums, interventions, ateliers avec les étudiants…  les entreprises qui se mobilisent auprès des étudiants peuvent ensuite compter sur une bonne compréhension de leur activité et de leur culture. A la clé, des écoles plus à même de sélectionner les bons candidats pour les bons recruteurs.

Les entreprises investissent du temps, un temps qui est loin d’être inutile – même pour des acteurs comme Engie et Siemens – comme l’ont rappelé les intervenants qui savent que connaître le nom d’une entreprise n’est pas connaître ses métiers.

L’alternance dans le digital, c’est désormais possible en télétravail

« J’ai beaucoup évolué sur le sujet ! », a admis Jérémie. « Avec le Covid-19, il a fallu changer de paradigme en 48h chrono, il va maintenant falloir qu’on travaille pour rendre ces dispositifs plus fluides. Ce qu’on aurait pensé impossible il y a six mois ne l’était en fait pas et on a préparé des téléalternants à devenir des télétravailleurs« . Chez Siemens, les alternants avaient la possibilité de télétravailler une fois acculturé, comme l’a expliqué David-Alexandre : « on tenait à ce qu’ils soient prêts ! Puis, pendant le confinement, on a fait en sorte de maintenir un lien fort avec les alternants pour éviter l’isolement. Tuteurs et RH y ont travaillé ensemble, à chaud mais aussi pour préparer l’avenir« .

L’onboarding, une déclinaison incontournable de la marque employeur

Alternance ou pas, digital ou pas, l’onboarding est un sujet incontournable et une étape à ne pas négliger. Chez Engie, un onboarding digital avait déjà été mis en place avant la crise : « avant son arrivée dans l’entreprise, le futur collaborateur reçoit chaque semaine des contenus variés (quiz, informations…) pour commencer à créer du lien et impliquer les managers avant le premier jour. Ça nous a permis d’être meilleurs sur la marque employeur« , a détaillé David-Alexandre. Engie a de son côté choisi de mettre en place un système de parrainage et un passeport d’intégration pour « mobiliser les équipes, repérer les besoins de formation et créer des échanges » et suite à la crise, « préparer une liste de bonnes pratiques au cas où une vague 2 devrait avoir lieu« .

Par Stéphanie Davalo

Lead Content Manager chez HelloWork depuis 2018

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

L'actu RH

dans votre boite mail

Recevez l’essentiel de l’actualité RH

En cliquant sur « S'inscrireOk », vous acceptez les CGU et la politique de traitement de vos données personnelles.