Alternance : de nouvelles aides pour encourager les recrutements

Dans le contexte d’incertitudes lié au coronavirus, le gouvernement a décidé de soutenir les entreprises dans leurs embauches d’alternants.

Aide à l'embauche alternance
Un alternant de moins de 20 ans ne coûtera rien à l'entreprise (stock.adobe/Pixel-Shot)

Depuis 2019, les entreprises disposaient d’une aide unique pour recruter en apprentissage, au lieu de quatre auparavant. A partir du 1er juillet, elles pourront prétendre à une nouvelle prime à l’embauche d’apprentis pour tous les recrutements qui auront lieu jusqu’au 28 février 2021. Derrière ce nouveau dispositif, l’objectif de préserver la formation des jeunes malgré une période difficile sans toutefois espérer les chiffres de 2019.

L’année avait pourtant très bien commencé : en février, le ministère du Travail annonçait une hausse de 16% du nombre d’apprentis pour l’année 2019, première fois que cette croissance atteignait deux chiffres.

Ce qu’il faut savoir sur cette aide élargie

L’aide unique mise en place en 2019 concernait uniquement les entreprises de moins de 250 salariés et la préparation de diplômes inférieur ou égal au bac, comme le bac pro, le BEP ou le CAP. Toutes les entreprises peuvent désormais y prétendre avec la licence professionnelle comme plafond pour le diplôme.

Le montant de l’aide a été fixé à 5000 euros pour un apprenti de moins de 18 ans, et à 8000 euros pour un majeur. Les entreprises de moins de 250 salariés n’auront aucune condition à remplir pour en faire la demande à l’inverse des plus de 250 salariés, qui devront atteindre 5% de leurs effectifs en apprentissage en 2021 pour ne pas se trouver dans l’obligation de rembourser la somme allouée.

Concrètement, un apprenti de moins de 20 ans ne coûtera rien à l’entreprise qui va l’embaucher : le salaire d’un alternant la première année est de 416 euros par mois s’il a 16 ou 17 ans et de 662 euros par mois entre 18 et 20 ans.

Alternance, apprentissage, contrat pro… : quelle différence ?

Comment faire la demande de cette prime ?

L’employeur envoie le contrat d’apprentissage signé à l’opérateur de compétences (Opco) dont il dépend. Si le document comporte bien les deux signatures et le visa du centre de formation d’apprentis, l’Opco est en mesure de l’enregistrer, permettant ainsi de déclencher l’aide versée chaque mois par l’Agence de services et de paiement (ASP). Le versement est ensuite automatique, dès lors que l’employeur transmet bien la DSN (déclaration sociale nominative) de l’apprenti tous les mois, par voie électronique.

Juin marque le début de la grande période des recrutements

L’annonce de cette nouvelle aide coïncide avec le début de la grande période de recrutements des jeunes alternants, qui s’étale de juin à octobre. Le gouvernement a également prévu un coup de pouce pour les jeunes, avec des équipements pour se former à distance et un allongement de durée pour trouver un contrat.

Les chiffres clés de l’alternance

 

Par Stéphanie Davalo

Lead Content Manager chez HelloWork depuis 2018

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

L'actu RH

dans votre boite mail

Recevez l’essentiel de l’actualité RH

En cliquant sur « S'inscrireOk », vous acceptez les CGU et la politique de traitement de vos données personnelles.